LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

Du Dieu démoniaque ou le génie paradoxal #9 Les Finals.

 

 Aux temps des finals, nous ne penserons plus à la veuve et à l'orphelin. L'enfant en croix sera purement sacrifié. La myrrhe et l'encens erreront au gré des vents, puis tairont, dans un enfouissement qui amassera une odeur pénétrante de ruine, tout le genre humain que l'on sait composé. Alors, les cœurs charitables ne soulageront plus ; les offrandes seront portées vers les froides passions, ainsi qu'à la plus cruelle des indigences : l'Egoïsme. L' homme n'aura plus un fragment d'égard à se voir adresser. Les sociétés seront un effroyable spectacle qui se regardera l'agonie en transe comme une fête, un champ de tuerie dans lequel s'irradieront les ordures d'obscurité, dans lequel nul ne sauvera, nul ne guérira le mal toxique extraordinaire, infecté. Et les délires suivront...

 

La Bête immonde aura tant glacé les ardeurs et les chaînes de l'espèce. Des années d' inappétentes accoutumances auront tranché l'élémentaire Affinité, auront défait la jubilante émotion d'amour, les mystères substantielles des Fois, la métalogique des Pudeurs et l'intuition des générescences qu'il se doit. Le Dieu démoniaque aura tout destiné d'après une extension longue et lente de l'occulte esprit. Son œuvre épurée comprendra ainsi la dévastation vigoureuse des basses propriétés et des gammes originelles des hiérarchies millénaires. Et il n'en demeurera plus d'assises sacrées de civilisation, ou de souches infimes de cellules vénérables et fatales. Il n'en demeurera plus de compassion. Plus de bases apparentées ni de femelles, ni de mâles. La massive solitude des denses publics étendra les villes faibles et les campagnes mortes de partout.

 

Ce sera le plus laid des Malheurs. Les semences vitales de la mystérieuse création déclineront de leurs forces sous la choc de la meilleure des sèves, la reine des graminées maudites qui aura noyé tous les centres, et englouti tous les mots. Les langues de l'univers sombreront. Les saintes images des âmes et de la qualité ne se laveront plus. Le caractère humain s'épuisera tout à fait continûment. Le fourbe Dieu acide, placide, trucide, orchestrera l'ampleur vaste de l'Homme Nouveau. Le Nouvel Homme entier. A ce temps là se trouveront, regardant la division des semences navrantes des mondes, les purs et les impurs dans les défuntes Nations à venir ou à pleurer. Les purs seront moins foules que les impurs. Certains d'entre les premiers se laisseront même tenter par les seconds. Cependant que le reste de la conception se verra effondrer tout le mode nourricier à force ou à volonté.



13/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres