LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

Propos sur les Décadences (par un apôtre de la démocratie) - le 15/01/2012

Nous parviendrons au stade ultime de ce que l'on a coutûme d'appeler

la "Modernité", en bout de chaîne de cette "meilleure des Cultures", de 

cette Civilisation tenue pour développée, en définitive, nous nous acheminerons

vers les désagréments fâcheux et graves, intrinsèques à ce système

progressiste qui a hissé sa religion, la Laïcité, son Dieu, le Capital, et ses 

préceptes de Démocratie, de Liberté, de Consommation, d'Egalité, de Droit,

de Féminisation, de Sexualité, de Pornographie, de Stupidité, de Divertissement,

d'Impiété etc... Nous en viendrons à destination finale de ce mode de vie qui

s'est inventé arbitrairement en opposition aux systèmes de croyances millénaires,

et qui n'achève de se dresser contre les esprits et valeurs spirituelles des Fils et

Filles fidèles des Nations.

 

Jamais nous n'avons relevé tant de calamités: les Humanités profondes du savoir

se sont écroulées. Les actions d'indiscipline, de transgression, de désobéissance

se sont monstrueusement augmentées en nombre, engendrant des aberrations

néfastes d'enfants affolant capricieusement les adultes. Les jeunesses se sont

reconnues et confondues dans la corruption, l'abattement, la désorientation.

Les drogues sont devenues leurs maternages ou leurs pretextes quelconques

à l'affirmation d'un droit à l'existence.

 

Aussi, les consommations décadentes se sont inscrites comme les sources de vie

de tous les êtres. Les temps libres se sont condensés désormais en une Loi: la

Dépense délirante, fantastique et exclusive. Les riches ne se sont jamais autant

faits riches; et les pauvres ne se sont jamais autant faits invisiblement pauvres. L'

endettement est passé à l'état d'usage normé, une bienséance et une convenance

qu'il se faut disposer dans la conduite réglée en société.

 

A la faveur de cela, une médiacratie insolente s'est logée dans l'orthodoxie ordinaire

des petites gens. Elle est pieuvre planétaire, poulpe céleste et terrestre à nourrir et

à caresser à l'envi la médiocrité prudente et "bonne conscience" des Citoyens. Son

office tient son essence dans la culture de l'idiot, de l'ignorant, du sensé rationnel,

du pensant naturel et sage, qui doit, autant qu'il est, affecter savoir les faits institués,

consistants et raisonnables (ou jugés comme tels). Son office est une série dominicaine

de sermons aussi prescripteurs que les pires instructions et préceptes des pires religions

édifiées. Ainsi, cette médiacratie, par une sorte de pression, d'impression morale quasi

contraignante, a canalisé les Esprits, les a menés et les a faits agir en étant à la tête

des circonstances des quotidiens que ces mêmes Esprits ont cru alors animer. Messes

des temps nouveaux...

 

Pour finir, n'omettons pas d'évoquer ce projet de devenir démentiel, cette Révolution "espécielle", "espéciale" à laquelle s'est abandonné le genre humain. Assurément, nous

voulons faire allusion à la minettisation croissante, car requise avec ostentation par les

puissances en place, des hommes d'aujourd'hui. Ce sont de ces jeux de physionomie

étalés en quelque endroit ambigument; des gestes étrangement étranges à la morphologie

conçue pour le mâle. Ce sont des attitudes légères, minces, faibles, petites et douces,

discordantes à la vue de la réalité des corps qui les dirigent. Du reste, les pratiques

homosexuelles, lesbiennes se sont donnés au consentement commun. La bisexualité

a fini de persuader les derniers sceptiques à la recherche de cette supercherie féministe

de l'orgasme exceptionnel.

 

 

Copyright.Droits Réservés.



16/01/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres