LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

Démocratie ou tyrannie tactique, le 26/12/2011

Le terme de démocratie, cette dénomination dont on a tant et tant parlé et dont on parle inlassablement dans la monotonie de nos jours passants, se rapportent en principe à l'esprit d'une majorité exprimant sa volonté dans le choix d' orientation d'une société, au nom du nombre déclaré de voix supérieur à celui d'une minorité déclarée pareillement. Pourtant, il y aurait à se rendre compte du fait notoire que la théoriene rejoint pas toujours, ou imparfaitement, la réalité effective et complexe des hommes. Nous n'évoqueronspas ici le cas de ces Chefs d'Etats abusivement intronisés, au moyen trouble d'une courte majorité,où toute une fraction d'une population est assignée à s'agréger au reste de la Nation, à ses caprices provocants, à son méprislégal et à sa violence suprême.

Nous n'évoquerons pas plus le cas de ces peuples qui ont délégué l'empire jouissif, la souveraineté ardente au mandataire issu d'un non-choix. A cet endroit de notre réflexion, la démocratie devient une doctrine machiavélique, une ténébreuse catapulte qui vous assure l'ascension perpétuellement évidente du Messie perpétuellement évident. L'élection civilisée ; l'abstention décriée ; finalement, la sélection de nos plus fortunées élites finit par évoluer en prédestination saugrenue d'un autre âge, d'un autre temps.

En revanche, que dire de ce système qui chérit singulièrement la prééminence soudaine de certaines minorités ? Quedire de ce pouvoir inquiétant, de ce régime qui se prescrit comme l'Alpha et l'Oméga de l'Alternative des Peuples ? Que dire de son diktat quand cette armature politique est supposée plaider fondamentalement pour le libre-choix, partout, toujours et quel qu'il soit ? Les peuples majeurs sont responsables de leur Destin.

Et qu' ajouter lorsque l'on observe avec attention que le poids d'une visibilité et d'une capacité tapageuse de manifestants, en certains lieux du monde, institue et légitime le droit à tyranniser une majorité silencieuse et muette ? La démocratie est-elle sérieusement un dispositif fidèle aux peuples, fait pour les peuples, aussi libre et dévoué qu'on le croit ? Ou est-il justifié (il n'y a qu'à regarder les faits) de considérer que l'escroquerie ne serait pas honnête, qu'elle se définirait davantage comme une prétendue organisation de droit, à l'impérialisme sans mesure, et indifférente cyniquement à la Liberté d'une majorité aussi longtemps que cette majorité répond aux intérêts tactiques de ce système. Faute de quoi, tel le principe des vases communicants, lorsqu'une majorité devient problématique, consciente et dangereuse aux intérêts des fondements démocratiques en place, une minorité qui contrastera avec la majorité précédente aura droit à sa tyrannie sur tout le reste du peuple.


 En Orient, la violence grossière de cette tyrannie réprime aux yeux de tous. En Occident, la violence médiatique de cette tyrannie imprime au su et à l'insu de tous.



26/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres