LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

Les minorités majeures, le 06/01/2012

Une société humaine peut se définir comme la mise en association
des individus pluriels, pour une période plus ou moins longue, et à 
dessein d'entretenir une somme d'intérêts privés nécessaires à la 
subsistance d'un intérêt général commun (d'ailleurs possible que par
la subsistance d'un intérêt général commun). En sorte que le concept
de destin des peuples constitue une fable absolument contraire à la vérité
mythologique des civilisations. Les majorités populaires ne disposent 
et n'ont jamais disposé d'aucune espèce de maîtrise de leurs actions. 
Ou, alors de façon formelle, de manière artificielle ou infiniment feinte. 
Depuis la naissance des Mondes, ce sont des minorités privés, 
suffisamment importantes et agissantes, qui font connaître des volontés 
à court et moyen termes, quis'imposent, parce qu'autorisées, aux suffrages
de la majorité,  et qui asseoient des gouvernements quin' ont de raison que 
la Raison d'Etat, précaution sûre à leur subsistance.
 
C'est cette subsistance qui importe par dessus tout. L'Ordre devient la prescription
inconditionnelle de la Nation et de l'Etat. Et l'argent se fait maître, possesseurs des
consciences, des idées, des sentiments et de toutes les valeurs de la vie permises à 
exister et à se manifester. Pour exemple, nous affirmons que la Liberté n'existe
pas. Plus singulièrement, il existe les moyens financiers suffisants qui lui permettent 
d'avoir cours et d'être reconnue. Comme une certaine minorité triomphante l'a décidé
qu'elle le soit. Tout société fonctionne donc et agit habilement, dans le sens qui lui 
convient et de la façon qui lui est la plus appropriée et favorable pour sa survivance 
en tant que minorité majeure.
 
De là, nous déduisons que la convenance à une collectivité donnée correspond à une 
certaine forme d'assujettissement, d'adaptation et d'arrangement des êtres dévoués à s'acquitter 
des tâches acceptables et acceptées par cette minorité majeure. Tout ce qui tiendra lieu de 
bassesse, de complaisance, de naïveté, voire de bêtise; tout ce qui s'employera à de la frivolité 
puérile, à de la vacuité légère ou à de l'indifférence désinvolte s'embrassera ou sera supporté. 
En revanche, vous risqueriez d'être strictement éconduit, déconsidéré, décrié, calomnié, si d'aventure 
vous vous lanciez volontiers dans l'empiétement le plus infimes des plates-bandes vitales de la minorité 
majeure en place. L'on vous fouillera avec attention du regard dans un premier temps; l'on vous bravera 
pour vous faire obstacle dans un second temps; finalement, l'on vous accablera sous un poids assassin 
d'humiliation et d'ignominie qui ne vous relèvera plus.
 
C'était... d'une façon de fonctionner du monde...
Copyright.Droits réservés.
 
 


06/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres