LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

LE BLOG DE LAIB AZEDINE- Editions de la Lettre Libre

Du Dieu démoniaque ou le génie paradoxal #7 Capacité prolifératrice

Ils adviendront des hordes de loups que la Bête immonde aura pourvues telle une mère vénimeuse a abreuvé de son lait le nourrisson cher de toutes ses espérances. Les gueules voraces lui acquitteront la servitude dévouée de répandre autour d'eux les carnages de sang, les terreurs de froid et d'inertie qui battent à l'intuition claire des hommes. D'aucuns ne comprendront le sens de leurs dépouilles tristes, le sens de leurs butins glacés, le sens de leurs trophées saignants. Quand même, ils pavoiseront des cris de joie devant les suaires maculés d'enfants;ils se réjouiront, en les piétinant, des Peines éplorées laissées derrière eux. Et nous serons une moitié du système solaire habité à leur devoir ravissement, tableaux d'insignes ou rosettes de gratitude, de la part des tombeaux d'honneur rescapés de tous les siècles.

 

Les coeurs lamés, impotents mutilés de tous les sens qui nous font et nous défont, nous recevrons aussi l'Instruction massive du génie régenteur, sous la contrainte de sa puissance ou sous la force des ondes et des théories majeures du moment, appendice intégral de Lui. Nous abominerions les violations de sépultures humaines, pire, celles des autels des races souveraines des territoires nerveux des peuples ? Nous aurions cependant à les goûter, à les souffrir ou même à les adouber quelle que fut la volonté de notre volonté. Envers nos natures et nos sentiments. Malgré nos fonds d'espèce et nos propriétés sensationnelles. En échange de notre réduction abjecte; en échange de nos rabais lâches; enfin, de notre reniement détendu, de notre absorption la plus obscène. Le Céphale nous fondra la vie pour nous couler impérieusement  les veines de sa propre substance.

 

La multiplication malade de l'exécution sera d'énorme masse, d'énorme dimension à déferler telle une colonne monolithe flagrante tombée du ciel. Au sein des ordres plantés à l'initiative des majorités levées ou des foules qui font choix et font lois à leurs sortes et à leurs guises, la Monstruosité inversive caressera la lumière en plein les ténébres, selon la méthode dilatoire des âges la plus éprouvée. Le fil schématique sera simple et fameux: il s'agira pour la Furie d'enfoncer à l'intérieur des méditations généreuses, des intelligences privées de compter - frument séculaire surtout de tous les spécimens minoritaires d'hommes et de femmes du monde vendus à la désertion de leurs terres, de leurs noms et de leurs morales essentiels - la notion magique de l'importance qui leur vaudra et qui porte pour soi. Puis, il lui sera question de favoriser la poussée indépendante des futures unités critiques émanées de ces spécieuses minorités, en minutieuse dissension hypocrite dans un premier temps vis à vis des signaux de la norme éternelle de leurs lointains et de leurs Pères qui les régulent et régulent l'ensemble d'une nation ou d'une aire certaine.

 

Dans un autre temps encore, nous aurons à voir ces unités critiques hors d'atteinte en la vie, au fil des brillances sages et tranquilles des quotidiens, années après années, établir en projet sombre le profil d'un grand malheur très stupéfiant et profond à faire aller. Ingénument, sans n'entendre rien aux élaborations artificielles démoniques qui dégorgent souvent des bords bienfaiteurs et bien fondés des maîtrises immondes de la planète, ces formations fantasques des grands soirs serviront les mirages qu'on leur aura pourvus de partout séamment. C'est alors, que par une digestion du dessein illuminée et longue, par une rumination exaltée du majestueux opéra sérieux qui se prépare, ces corps - maudites naissances - sevrés sévérement à l'hachisch d'amour qui n'a d'aimer que ce qui les fait s'aimer plus, capituleront pour l'intégrale Insensibilité barbare.

 

Ainsi, la propriété bonne des vivants ne leur restera plus. Ils n'exciteront plus que l'Idée sans le coeur; plus que l'action sans le génie de la Mémoire, des tombes et des grandeurs de sang. Nous les admirerons, ces foules, devant l'assommante allégeance idiote à l'humiliation céléste, à la honte infidèle de leur chair et de leur bain millénaire de langues espérées, au déshonneur de leurs maisons chaudes d'innés et de leurs légendes dépravées en plein jour. Nul ne saura d'eux apprécier l'habile rayon de privation à l'oeuvre. La capacité prolifératrice de la mortification génique sera atrocement féroce. Et davantage ceux-là, dans leur suite ininterrompue de foires et de fêtes enchantées qui les mettront à la potence douce, perceront dans le fondu d'un lointain venant, le segment intime des choses bandantes qui se font naturellement, sous les ères modernes. 



11/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres